Dominique

Chez moi, trop de gens, trop de jeunes… Ils viennent s’alcooliser, se droguer. « La rue Chicago » dit la police. Chez moi. Ma cour bordée de déchets, d’épaves d’ivresse, de saletés, saletés. Et les sacs plastiques. Mes murs c’est des feuilles de cigarettes. Je suis mieux au Carrefour pas loin. Je pourrais planter une tente sur…

Yvonne

Nos pensées d’invisibles… qu’on est de côté, hors sentir, dans les bords morts du décor…   Nos mots d’invisibles… angoisse, peur, humilité…   Nos pensées d’invisibles… qu’on n’est pas écouté…   Nos mots d’invisibles… pour ceux qui souffrent et ne le disent plus. Ces mots qu’on leur dit. Ces mots qu’on nous imagine pas. Nos…

Kathy

L’air qu’on respire, l’indifférence, le vent, le silence, la souffrance aussi, le manque de quelqu’un, le mal être… invisibles.   L’éjection, l’exclusion, l’isolement, l’enfermement, la solitude… invisibles ?   Et le temps consacré aux enfants, le ménage, la cuisine aussi parfois, oui ce qu’on fait sans attente, sans plainte… si souvent invisibles. Je disparais parfois dans…

Bénédicte

L’invisible pour moi… ça commence avec le licenciement. La fermeture de l’usine. Comme un chemin du virus à la gangrène. La part coupée de la part qui reste. Coupée, invisible…   L’invisible… Sans rien à produire, sans rien cadence à tenir… Sans estime. Avec ce sentiment d’être l’inégal… Même dans le rythme des choses…  …

Marie-Josée

Bien tout partout. Je le dis souvent. Je suis bien partout (je le dis). Je n’ai pas un lieu préféré. Même chez moi, je suis parfois de passage. J’aime la ville. A la campagne, le dimanche est lourd comme l’ennui. Mais ici dans mon coin de la ville, la nuit dehors, ça rit trop fort,…

Patricia

Je me trouverais bien un pays avec trois pouilleux et un peu plus. Des plantes, des arbres. La compagnie de la verdure. Etendue sur un transat au bord de l’eau. Pieds nus, cœur léger… Il y aurait des chevaux. Je serais palefrenière comme on est chamane pour s’adresser aux esprits. Je parle avec les cheveux.…

Anne – Aissatou – Zacharia – Mamadou

Il était une fois Mohamed, Aïssatou, Zakaria et Anne. C’est l’histoire d’un conte du présent. Quatre personnages, quatre jeunes Français qui réfléchissaient ensemble sur les pratiques de marginalisations dans nos sociétés. Mohammed, Aïssatou, Zakaria étaient en ES au lycée Feyder, d’Epinay-sur-Seine tandis que Anne était étudiante en histoire à Sciences Po. Comme pour la Joconde,…

Jasmine – Elodie – Dorina – Sophia

Dans le cadre d’un projet réunissant des lycéens de Jacques Feyder(Epinay‐sur- Seine) et des étudiants de Sciences Po (Paris), nous avons réalisé trois entretiens entre nous pour évoquer notre rapport aux notions de marginalité, de discrimination, de norme… Notre groupe était constitué de quatre filles (Sophia : 22 ans ; Jasmine : 16 ans ;…